Voter !

Posté le 27 novembre 2011 · 1 Commentaire ·

Voter !

Voilà une question d’importance!
De surcroit, dans le débat qui s’ouvre sur le vote des étrangers (et qui réactive le sempiternel clivage droite/gauche), voici l’opportune occasion de promouvoir le vote blanc, de le valider et de saisir l’occasion de remettre aussi en question l’introduction autoritaire des machines à voter électroniques potentiellement suspectées de falsifications ainsi que de manipulations des résultats électoraux !
Ces sujets de bon sens sont tout aussi importants. S’ils étaient portés par la voie fraternelle du référendum populaire, les citoyens participeraient immanquablement et massivement aux futures élections républicaines (présidentielles, législatives, municipales, territoriales). Les tenants des mandats actuels apporteraient ainsi la preuve irréfutable que l’esprit de justice, de raison et de désintérêt habite encore les élus de la République !
N’oublions donc pas qu’originellement le droit de vote et les outils mis en place pour élire les responsables politiques constituent le socle de la république et de ses institutions.
A l’heure de la dislocation économique de l’Europe prise en étau dans les enjeux internationaux d’appropriation des ressources et richesses du globe terrestre, le droit de vote des étrangers non communautaires s’avère un droit élémentaire et légitime d’intégration au territoire. Il est la possibilité offerte à tout citoyen, quelque soit sont origine, d’affirmer sa volonté de paix, de partage, de respect de la langue pratiquée ainsi que des us et coutumes locaux et de faire reconnaitre sa place au sein de la population. Lorsqu’on habite un endroit, il faut donc pouvoir participer solidairement à la vie locale en votant. C’est ainsi que l’on investi volontairement, dignement et avec honneur l’espace public. Cependant, jusqu’à présent chaque citoyen, en tout temps et en tout lieux, à éprouvé un jour ou l’autre le désagréable sentiment d’être un étranger aux yeux des autres. Le temps ne serait-il pas venu qu’enfin les choses changent ?
Après tout, la planète est une et indivisible, n’est-ce-pas ? Pourquoi alors n’en serait-il pas de même pour ses habitants ? Quelque soit la latitude où ils vivent ?
Ce n’est que si l’on se décide aujourd’hui à accepter sans discriminations et sans racisme tous les habitants d’un espace commun que l’on pourra construire l’union, la véritable Union. Celle de tous les peuples d’Europe, celle de tous les peuples de la Terre. Une Union d’abord bâtie sur l’harmonie sociale, l’égalité des droits, l’équité, l’enseignement et la pratique généralisée de la langue universelle et seulement après avec une monnaie commune.
Ce ne serait pas bien compliqué à mettre en œuvre mais cela s’oppose évidemment à l’entre-soi social de certains nantis qui (en règle générale) rejettent farouchement les nouveaux venus et le principe de solidarité. La cause de cette peur de l’étranger est historique. En effet, depuis que l’humain s’est organisé en espaces marchands, l’aisance et la sécurité acquises ont toujours alimenté le rejet de l’autre, l’étranger. Ce manque d’enthousiasme ou de refus de partager équitablement l’espace commun souligne précisément la perte de nos racines qui nous lient à nos semblables et l’oubli de nos origines, c’est-à-dire l’existence humaine avant la venue de l’argent !
Ainsi, alimenté par l’imaginaire d’abondance et de prospérité, l’optimisme béat du mensonge de la croissance et de l’enrichissement conditionne de facto le droit de vote des étrangers.
Ce faisant, il détruit la valeur en humanité et nous précipite dans la régression sociale.
Avoir mis les valeurs d’argent avant les valeurs humaines du « vivre ensemble » était une erreur qui caractérise l’enjeu majeur de la crise que traverse notre société. Et à l’heure ou l’union européenne est attaquée de toutes parts, l’on ne peut que constater l’écart grandissant des partis politiques traditionnels avec les populations qu’ils sont censés représenter.
Face à cette situation catastrophique, la capacité d’élaboration programmatique idéologique et de création de la pensée politique a touché le fond. Enlisés dans des structures dites de représentativité qui les rémunèrent largement et les protègent institutionnellement de la vindicte populaire, les tribuns et élus accompagnent, impuissants, un déclin qui semble inéluctable.
En fait, la réalité politique c’est que la « Droite » et la « Gauche » sont les deux faces d’une même pièce de monnaie que les uns et les autres essaient de garder dans la poche.
A tour de rôle, au gré des élections et des promesses non tenues ils tricotent puis détricotent l’habit social. La société continue donc de se disloquer, l’économie s’effondre sous le poids de règles iniques, asservissantes et injustes, les inégalités se creusent dramatiquement (enquête INSEE parue le 24 novembre 2011) les forces de l’ordre supposées défendre les droits des citoyens répriment de plus en plus violemment les manifestants et nos institutions paraissent continuellement incapables de remettre du bon sens en toutes choses et en tous lieux !
C’est pourquoi il est plus que jamais temps d’aborder le problème sous l’angle d’une pensée politique nouvelle réfutant la société marchande et condamnant l’impact désastreux de celle-ci sur le fonctionnement même de l’État, sur la perte de repères et sur l’injustice sociale. Les chocs répétés sur la stabilité, les ressources, les approvisionnements et intérêts économiques de la France (et des autres nations) sont patents. Le Marché est le cancer qui ronge les économies nationales (et pas seulement ceux de la zone euro), il gangrène et tue les rapports humains.
Toutes les difficultés et dommages actuellement éprouvés sont directement liés à la consommation débridée, dérégulée ainsi qu’au dogme de la sacro-sainte croissance !
Ceci dit, l’union citoyenne pour le bon sens retrouvé est toujours possible.
La proposition politique de l’Union Française Pour la Planète, adoptée par le plus grand nombre, pourrait être en mesure de contrer la certitude erronée qui malheureusement perdure dans la pensée dominante et vieillissante des dirigeants actuels qui proclament que le Marché est auto-équilibrant et optimal.
Manifester son indignation dans la rue est désormais inutile !
Au lieu de cela, dans cette période de mutation accélérée, il faut adhérer, soutenir et participer à la nouvelle politique que propose l’UFPP. Il est maintenant devenu une impérieuse nécessité de recréer le lien social indispensable à la garantie de la paix pour l’avenir acceptable des générations futures. Avec des citoyens planétaires à la tête de nos institutions, il suffirait alors dans un esprit retrouvé de solidarité et d’équité d’ajuster les dépenses et les revenus au sein de la société.
Pour cela, plutôt que d’écouter les sirènes des tenants du protectionnisme et de la compétition économique, le bons sens conduirait à procéder véritablement à la dévaluation interne de l’économie nationale pour répondre à la nécessité de protection sociale et morale ainsi qu’à l’aspiration légitime au bonheur de tous les citoyens.
Seraient-alors d’urgence soumises au Référendum et mises en application (si adoptées) les mesures suivantes :
-abolition des privilèges.
-remplacement de la démocratie représentative d’usage par l’originelle et véritable démocratie participative, ouverte et active.
-justice égale pour tous.
-droit de vote élargi aux jeunes et étrangers habitants en France dès lors qu’ils en expriment sincèrement la volonté.
-reconnaissance du vote blanc et suppression des machines à voter électroniques.
-transparence bancaire pour tous.
-politique budgétaire équilibrée et juste.
-couverture médicale égale pour tous.
-régimes et allocations de retraite égaux pour tous.
-protection sociale (y compris frais funéraires) égale pour tous.
-régimes, codes et rémunération du travail égaux pour tous.
-taxe lourde et progressive sur les transactions financières.
-augmentation des prix pour les détenteurs (en dehors de la résidence principale) de patrimoines immobiliers, de titres boursiers, de hauts revenus.
-abaissement des prix pour tous ceux dont le revenu du travail n’est pas suffisant pour vivre dignement.
-gratuité pour les citoyens ne bénéficiant pas de revenus du patrimoine et ne percevant pas de rémunération issue de l’exercice d’une activité professionnelle.
Rigueur, justice, égalité, décroissance assumée, solidarité, fraternité et équité seraient alors les nouvelles grandes et belles valeurs républicaines annonciatrices de la fin de la spirale de la dette publique, de la croyance insatiable en l’argent et au veau d’or qu’est la croissance ainsi que du partage inéquitable des richesses qui ont conduits aux grands déséquilibres économiques et sociaux que nous éprouvons aujourd’hui.
La tradition républicaine de la France c’est d’être avant-gardiste, ne l’oublions pas !
Le temps est donc venu d’en faire à nouveau la brillante démonstration, d’espérer et d’oser le renouveau pour le peuple français ainsi que pour tous les peuples de la planète.
En attendant, dans la solitude de l’isoloir pour les élections à venir, le silence sinistre annonciateur d’une troisième guerre mondiale en préparation est désespérément assourdissant.
Voter demain et faire le choix de l’union citoyenne pour la planète devrait pourtant encore être possible.
Il suffit de le vouloir, d’adhérer, d’être nombreux à soutenir la cause et puis bien sûr de pouvoir voter !

Y.B.

Voter pour quitter ce désastreux principe de représentativité et renouer vite avec une démocratie ouverte, directe et active bien plus raisonnable et accessible à tous les citoyens. En somme élire des projets de bon sens à partager collectivement !

Si ce principe fondamental était respecté alors l’abstention serait réduite à la portion congrue lors des futures élections républicaines (présidentielles, législatives, municipales, territoriales). C’est donc aux citoyens de le vouloir, de se rassembler, de s’unir puis de voter juste pour pouvoir le mettre en œuvre !

Merci à Yves Angellozle créateur des Compagnons de la Démocratie et des Jeux Mondiaux de la Paix, qui a aimablement transmis ce document illustré pour diffusion et information !